2019 Suède – Norvège Up to Bergen

Norvège 2019 up to Bergen

 

Nous quittons la Tuborg marina et naviguons entre les rives danoises et suédoises et allons nous amarrer dans le petit port suédois de HÖGANÄS. Bonjour la SUEDE !!!
Le port est mal protégé et la houle nous secoue.

Vendredi 14 juin
Nuit sinistrée ! A une heure du matin environ, gros orage avec vent, éclairs, grosse pluie. Mais ce matin grand beau et vent qui nous permet d’avancer une heure et demi en ciseaux.43 miles plus tard nous arrivons à FALKENBERG, où la marina se trouve sur une rivière.

Port industriel, mais sympa.

Amarrage à un ponton en bois, puis après être allés au distributeur chercher notre ticket à afficher sur le bateau, nous allons dans la ville prendre notre premier repas suédois.
Pas mal la gastronomie suédoise, bonne entrée en matière.

Samedi 15 juin
Nuit paisible sur la rivière, pas un pli !
Départ en short et tee shirt : il fait beau, chaud et même lourd.
Presque deux heures de voile et nous arrivons à VARBERG, petit port touristique qui voit sa population se multiplier par dix en haute saison.

Le ptit mousse part en course d’école…
On se demande bien ce que fiche le drapeau suisse dans ce port!

Nous nous renseignons sur le moyen d’aller à GRIMETON, visiter la station radio classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dimanche 16 juin
Ce matin le temps est couvert, il a même plu un peu.
Nous prenons le bus Hop in-Hop off et descendons à Grimeton, radio station construite dans les années 20 et qui faisait partie du réseau de communication transatlantique. C’est la seule station grandes ondes encore existante. Dominique était dans son élément, il retrouvait des techniques qu’il avait utilisées dans son travail : HEUREUX  le capitaine !

Alors maintenant c’est du lourd!!!
La station radio de Grimeton Varberg est un émetteur longues ondes développé par l’ingénieur suédois/américain Ernst F.W. Alexanderson démarrée le 1er décembre 1922.
1er émetteur qui a permis une liaison entre la Suède et les Etats Unis!
Pendant 20 ans cette station a fait partie du réseau transatlantique de communication, de mêmes émetteurs ont été installés en en Grande Bretagne, Pologne et USA.
Elle a servi à l’envoi de messages en “morse” privés, gouvernementaux, ou professionnels.

Cet équipement est vite devenu obsolète avec l’utilisation des ondes HF, mais ce qui a sauvé cette station, c’est la reprise du matériel par l’armée suédoise pour les transmissions sous-marines, car seules les transmissions basses fréquences sont susceptibles de traverser l’eau, sur quelques dizaines de mètres.
L’équipement est divisé en 5 parties.
L’auxiliary system.

La table de l’opérateur radio

L’alternateur Alexanderson

On dirait Alien de Ridley Scott!

(Qui produit l’énergie nécessaire à envoyer vers les antennes)

L’amplificateur magnétique.

(C’est le système de modulation de l’onde porteuse utilisant le code morse)
La bobine de tuning

Tout ce matériel chauffe terriblement et nécessite un refroidissement à air, eau, et huile

Relais et interrupteurs

Répartiteur d’antennes
   

L’antenne multiple. 6 pylônes de 127 m de haut supportant 8 câbles d’antennes sont nécessaires

(Pour transmettre le signal radio)

Ils ont aussi une antenne nouvelle qui pique le cul du ciel.

Nous avons repris le bus et nous nous sommes arrêtés dans un coin perdu avec un restaurant qui proposait des brunchs. Magnifique ! (Juste le verre de vin 10 Fr, un peu cher !).
Joli petit cottage offert à la location.

Avec saunas

Pour digérer ce copieux repas : une marche forcée de 40 minutes pour attraper le bus qui nous a ramenés à Varberg.
Alors ptit mousse, on en veut un dans le jardin, 6 mois sur l’eau c’est pas assez!

Nous voulions encore visiter le musée où se trouve l’homme de Bocksten datant du XIV ème siècle et retrouvé dans une tourbière dans une forêt de Varberg. Trop tard, le musée fermait ses portes dans 10 minutes.

Chateau de Varberg et les anciens bains transformés en saunas

Lundi 17 juin
Longue navigation de 7 heures pour arriver pas très loin de Göteborg.

Mardi 18 juin
Ce matin Dominique téléphone pour prendre rendez-vous chez Selden pour acheter un tangon. Le rendez-vous est pris pour le jour même à 11 heures. Mais au moment de partir on a droit à un gros grain. On attend que ça passe et deux miles plus haut dans le petit port de Selden un employé se met au travail pour nous faire un devis. Il nous parviendra en début d’après-midi.
Commande passée, on se dirige vers Göteborg avec des rafales de plus de 20knts.
La marina se trouve en plein centre-ville, à côté de l’Opéra.. C’est donc rapidement que nous nous retrouvons à arpenter les nombreuses rues piétonnes de cette ville. C’est le marché aux poissons qui nous attire et nous rentrons avec des harengs marinés que nous dégustons avec du riz et de la salade.

Mercredi 19 juin
Il fait chaud, lourd. Nous allons tout d’abord à l’office du tourisme acheter un abonnement qui nous permet de visiter les musées, de prendre le Hop in-Hop off ainsi que le bateau qui fait le tour de la ville par les canaux durant 50 minutes. Et c’est par cela que nous commençons. Nous retournons au marché couvert que nous avions repéré à l’aller et grignotons un petit en-cas. Nous allons ensuite au musée de la marine en plein air où se trouvent sous-marin et bateaux de guerre.

Pas si vite ptit mousse
D’abord un ptit sous-marin suédois

Pas bien gros, on dirait une maquette, surtout depuis dedans où le cap. s’est remis à la spéléo, il a dû ramper, se redresser, pour le passage des sas.

4 ptites torpilles

On enchaîne avec un bateau et plein de bidules à voir

D’abord un beau radar

Pigeons à la tourelle…

Ptit mousse au guindeau, un ptit effort !

Passionné le ptit mousse!

Le design laisse à désirer

Nous enchaînons avec le musée de la ville qui retrace son histoire et présente le seul authentique vaisseau viking mis au jour en Suède.
L’énergie commence à baisser : quelques courses et retour au bateau où nous avons la surprise de voir un bateau à couple.

Jeudi 20 juin
Deuxième jour marathon ! L’abonnement n’est valable que deux jours !
C’est le musée d’art qui a la priorité ce matin. ( qui a choisi?)
Mais devant le musée se trouve la statue de Poséidon, dieu de la mer. Cette statue choqua les âmes bien pensantes de l’époque par la taille de sa virilité qui dut être réduite !

Alors ptit mousse on compare….

Le musée renferme une belle collection de l’art suédois du début du 19ème siècle, de l’art nordique en général et une collection française d’impressionnistes et modernes.

Un melting-pot d’œuvres d’art, même Tingly a trouvé une petite place.

Dans un bâtiment jouxtant le musée une exposition d’art moderne. 3 salles dont l’une a le sol recouvert de branchages enchevêtrés, la deuxième de balles de tennis et la troisième d’un bloc énorme de papier arrosé d’encre noire…
Et CA ce sont des œuvres d’art,
Le cap paie cher sa visite du ptit sous-marin, même pas accompagné par son ptit mousse

R.F. au secours, ils ont détruit ton art

Asile de fous!

Puis visite au centre des découvertes scientifiques avec forêt tropicale, aquarium et atelier d’expérimentation.
Qui est le plus timide?

Puis tout à côté, la maison de la culture orientée ethnographie et écologie.
Ça ne mérite même pas une photo.
Sur le chemin du retour nous traversons le plus grand parc d’attractions de Suède le Liseberg.

Vendredi 21 juin
Aujourd’hui c’est la « middle summer feast » , bizarre comme nom pour le début de l’été, ou plus communément la fête de la Saint Jean. C’est férié. Nous nous rendons dans le grand parc de la ville où une estrade a été aménagée et d’où s’échappe de la musique. Les familles ont étalé une couverture dans l’herbe et pique-niquent en attendant la décoration de l’arbre symbole qui va être dressé lorsqu’il aura été décoré.

Puis il y aura des danses folkloriques.
En rentrant nous avons assisté à une arrestation musclée d’un jeune homme poursuivi par deux policiers. Plaqué au sol, menotté et emmené au poste.

Samedi 22 juin
Averses cette nuit. Vent, il fait frais, 16 degrés. Relâche

Dimanche 23 juin
On se balade un peu, tout est fermé, sauf les fast food et restaurants.

Lundi 24 juin
Levés à 7 heures : nous avons rendez-vous chez Selden où nous arrivons à 9 heures

On tue le temps comme on peut, sortie d’un bateau pilote tout neuf intrigue le cap.????

Sortie du bateau tout juste rénové, à cause d’un trou dans la coque……

L’employé ne commencera son travail sur notre bateau que 2 bonnes heures plus tard. Un peu avant 16 heures, le tangon est en place et opérationnel.

Mais le vent ne se prête pas à la manœuvre, il faudra attendre le bon moment. Nous naviguons entre les îles à l’ouest de Göteborg et nous arrêtons dans la petite île de KALLÖ -KNIPPLA.

Ò surprise ! nous sommes accueillis par le Haven master qui nous aide à l’amarrage et nous souhaite la bienvenue. C’est une île calme où les bateaux sont plus nombreux que les voitures !

Mardi 25 juin
Après 7 heures de nav, accompagnées d’une houle qui s’atténuera en fin de journée, nous arrivons à SMÖGEN, où l’on s’amarre avec une pendille.

Port très touristique avec plein de petites boutiques et de bars-restaurants. Et pour notre malheur, un bar avec orchestre juste devant le Cornalin…. Donc musique jusqu’à la fermeture vers minuit, mais après les fêtards ont continué à discuter jusque tard dans la nuit.
Pensant quitter la Suède, nous avons dépensé nos dernières couronnes suédoises dans un restaurant orienté poissons.
Super bon le resto suédois.

 

Mercredi 26 juin
Un peu grinches ce matin ! et il pleut ! Pas envie d’aller en pleine mer… nous optons pour les canaux et c’est très joli et nous bénéficions du joli paysage : les maisonnettes rouges des pêcheurs avec leur propre débarcadère. Les rives sont formées de pierres arrondies rose orange près de l’eau, et grises en dessus. De nombreuses îles entre lesquelles on slalome jusqu’à ce qu’on trouve une baie sur l’île de MUSÖL où l’on s’ancre, loin des bruits de la foule.

Surprenant, sur la crête un taureau aux aguets. au moins dans ce pays on ne leur coupe pas les cornes.

Jeudi 27 juin
Nuit paisible, l’ancre a bien tenu.Nous continuons notre navigation entre les îles à l’aspect lunaire, parfois recouvertes d’un peu de végétation. Et nous arrivons dans le port de SKJOERHALDEN :

Nous sommes en NORVEGE !!! Et le premier souci du capitaine : engager les formalités douanières. Le garde du port n’est pas au courant, l’office du tourisme non plus… Il faudra attendre le lendemain pour agir.

Vendredi 28 juin
Après une bonne nuit, Dominique appelle les douanes. Il tombe sur une personne qui n’est pas capable de répondre aux questions du cap. Une autre personne au bout du fil nous propose un itinéraire pour aller au poste de douane le plus proche. Nous lui rappelons que nous sommes en bateau et que nous ne pouvons pas prendre l’autoroute comme elle nous le propose. -Attendez une minute, je vais en référer à mes collègues. Elle revient et nous dit : « Have a nice trip in Norway ! Bye, bye ! » La cave est sauvée ! Et nous partons pour une longue traversée du Skagerrak de 8 heures. Avec un vent qui a forci nous ancrons dans la jolie baie de BREVIK.

Ancrage par 8m de fond de vase, trop bonne tenue, le guindeau est à la peine pour ressortir l’ancre.

Samedi 29 juin
A 6h30 réveil. Il faut avancer avant que le vent ne devienne ingérable. Et nous avons le temps de nous enfiler dans un fjord très pittoresque, mais malheureusement très fréquenté par des hors bords. On cherche un abri qu’on finira par trouver dans une minuscule baie, BOROYKILEN, bordée d’un côté par de somptueuses propriétés et de l’autre des roches et des forêts.

On ancre dans un mètre de fond. Un habitant nous crie de ne pas ancrer là et vient nous rejoindre avec sa barque : il craint que nous touchions le fond à cause de la marée (30 cm !). il ignorait bien sûr qu’on pouvait s’échouer. Un monsieur charmant qui travaille sur une plateforme pétrolière et nous assure de son aide en cas de besoin. Avant de nous quitter il nous informe qu’une « party » a lieu un peu plus loin, au fond de la baie, il nous invite à y aller à 19 heures.Nous décidons d’y aller. Dominique pagaie jusqu’à la propriété où a lieu la party.

Des embarcations sont déjà amarrées, d’autres arrivent encore. Il y a du monde, une centaine de personnes venues assister à un vernissage. Il y a des discours dont nous ne comprenons pas un traître mot. Nous visitons la propriété qui est magnifique et qui comporte, outre la maison de maître, plusieurs pavillons. Des sculptures sont exposées dans le jardin. Un orchestre est installé dans un autre pavillon. Nous admirons dans un pavillon des photographies géantes et décalées, des bijoux dans une matière qui ressemblent à de l’argent et des tableaux en relief, tissés, enchevêtrés dans une matière que je ne reconnais pas, et de la poterie !
Le ptit mousse est à la fête…

Pour mettre dans le salon?

Bon, se dit-on. On a fait le tour, on ne connaît personne, on ne comprend pas la langue, rentrons !
En regagnant l’annexe, on voit un homme et une femme attablés au bord de l’eau. Nous leur disons « Hello » ! Et la conversation (en anglais, of course !) s’engage. -Restez avec nous, nous ne connaissons pas grand monde et avons besoin d’amis ! Nous passerons la soirée à discuter avec eux, en buvant un verre de rouge. Ils nous présenteront même au ministre norvégien du Foreign Office (du parti des Labors) qui nous serrera la main !
En réalité, monsieur est un artiste « en installation » (sur internet j’ai vu qu’une installation artistique est une œuvre d’art visuel en trois dimensions, souvent crée pour un lieu spécifique, in situ) et madame secrétaire, je pense. Nous rentrons vers 23 heures, alors qu’il fait encore jour !

Dimanche 30 juin
On dort peu, mais bien, 7h30 départ pour ARENDAL, heureusement qu’à 8 miles, car à 8 heures le vent a déjà atteint plus de 20 knts. Nous allons rester 2 nuits et attendre que les éléments se calment.
Super beau bateau  norvégien.

Lundi 1er juillet
C’est souvent dans les sanitaires que nous faisons des rencontres… ! On entend parler français… ça fait du bien ! C’est un équipage de 6 membres sur Biwi, qui après quelques échanges nous invitent à un apéro sur leur bateau. C’est la première invitation depuis qu’on est parti. On promet de les inviter à notre tour si on les recroise.

Mardi 2 juillet
8h30 départ. Nos Français sont déjà partis. 8 heures de nav avec rafales de vent à plus de 25 knts. Le trouillomètre n’est pas au plus bas, mais pas loin ! On prend un ris, puis 2 dans la GV et 2 dans le génois. Arrivés à Kristiansand nous retrouvons Sylvie, Francine, Maryse, Philippe, Didier et Louis et chose promise, chose due, apéro sur le Cornalin !
Et un parc d’attraction à côté de la marina… on va encore passer une bonne nuit

Mercredi 3 juillet
Nous cherchons à acheter une bonbonne de gaz. Pas une mince affaire, car il faut que le régulateur soit compatible. Nous allons dans plusieurs magasins, faisons un tour au marché aux poissons.

Jeudi 4 juillet
9 degrés ce matin. Lessive, entretien du bateau.
Visite de la cathédrale dont les plafonds sont en bois. Elle est belle, sobre. Puis musée de l’art qui expose des artistes danois. Et bain de foule dans les rues piétonnes où se tient une immense braderie. On retourne au fishmarket et faisons les derniers achats au « Kiwi » du coin.

Vendredi 5 juillet
Levés à 5 heures. On veut avancer avant que le vent (de face évidemment) ne forcisse. Mais les rafales deviennent de plus en plus fortes et nous secouent. Nous arrivons vers un pont annoncé 19 mètres de hauteur sur une carte et 16 sur une autre. Qui croire ? Il nous faut 17 mètres pour passer dessous. On fait demi-tour avant de se raviser. Dominique approche tout doucement, de travers, prêt à faire demi-tour, propulseurs prêts à l’emploi. Moi, je préférerais mettre la tête dans le sable comme une autruche… Et tout à coup j’entends : » ça passe ! » Ouf ! on a eu chaud !

Aller, une petite série de ponts pour la route

Nous nous amarrons dans le petit port de Baly.

Samedi 6 juillet
Rebelote : levés à 5 heures, car comme hier, le vent toujours de face, va forcir. Il pleuvine, tout est froid, humide et brumeux. 9 degrés, donc tenue de ski !
3 heures plus tard nous arrivons à Farsund, joli port et retrouvons BIWI, l’équipage français. Vers 13h15 Philippe et Sylvie viennent nous chercher pour participer à un tour de ville gratuit.

Une dame patronnesse prend en charge le groupe, et comme il fallait une victime pour jouer le rôle du guet…

Conteuse en 3 langues, on se mélange les pinceaux entre le norvégien, l’allemand et l’anglais.

Le fantôme de l’hôtel de ville.

Lorsque nous arrivons sur la place une gay pride est en train de défiler ! Notre guide est une institutrice en vacances qui nous fait les honneurs de sa ville. C’est un personnage haut en couleurs : habits d’époque, robe épaisse en laine rouge, cape, un gros écusson autour du cou, chapeau, et un énorme trousseau de clés pendu à sa taille. Elle est accompagnée d’un homme qui tient une lanterne et une longue tige ornée d’une boule hérissée de piques. Pendant près d’une heure elle nous raconte sa ville, ancien repaire de flibustiers, les incendies, les marins russes mis en quarantaine et reconnaissant d’avoir été soignés qui payaient avec des pièces d’or qui ont servi à construire l’église,
Le soir, bel apéro sur Biwi.

Dimanche 7 juillet
Nous faisons quelques achats, car c’est apéro chez nous ! Puis une balade sur les hauteurs pour admirer le fjord.

Connectée les biquettes avec GPS en pendentif.

L’apéro se fera dans le carré, serrés les uns contre les autres. Mais c’est gai, drôle et chaleureux.
Biwi nous a offert une planchette japonaise pour améliorer nos performances en matière de pêche (qui, à ce jour, sont nulles !)
Super sympa et très fort à l’apéro ces français!

Lundi 8 juillet
Dominique hésitait à partir ce matin, mais comme il a trois problèmes à résoudre… Le chauffage du bateau qui dégage de la fumée, un problème de cartographie sur laquelle le Spitzberg n’apparaît pas (scandale !!!) et la pompe à chaleur de la maison qui a chauffé la maison à 30 degrés.
Et voilà que notre charmante guide de la veille vient nous apporter un sachet contenant des informations touristiques sur Farsund ainsi que deux petits pains ronds.
Balade et pour clore la journée, un concert d’un Big Band Mogàn avec une chanteuse des Caraïbes !
Pendant que le ptit mousse écoute l’orchestre, le cap. s’éclipse et visite un beau bateau musée itinérant.

Un officier sympa improvise une visite  pour le cap. de la salle des machines.

Mardi 9 juillet
Beau 12 degrés. On se réveille beaucoup trop tôt et vers 5h15 nous assistons au départ de Biwi qui en deux jours et 9 heures atteindra Inverness en Ecosse.
Nos bonnes résolutions d’avancer un maximum tombent avec le manque de sommeil et nous nous arrêtons dans la magnifique île de Hydra.

On y pénètre par un cirque de montagnes, de la roche brute, nue et tout au fond du fjord une église et des maisons qui bordent l’eau. On s’amarre devant le restaurant dans lequel nous avons l’intention de goûter à la gastronomie norvégienne. On y dégustera une salade ainsi qu’une délicieuse soupe de poissons.

Mercredi 10 juillet
Départ 7 heures et très vite le vent forcit, Dominique choisit de passer entre les îles. On longe un univers minéral, de la roche grise, parfois recouverte d’un petit duvet vert et de temps en temps, on aperçoit quelques maisons nichées au creux d’une montagne.
On s’enfile plus tard dans le fjord de Egersund, très industriel : construction de plateformes pétrolières, usine d’éoliennes.

Belle mécanique, le pétrole a encore de l’avenir, le réchauffement climatique attendra….

Un peu plus loin le paysage se modifie, des prairies et des collines plantées de belles forêts bien vertes. Ça nous rappelle un peu le Jura. Nous nous arrêtons à Sitevär, port de pêcheur, pas plaisancier, mais néanmoins praticable et … gratuit !

Pellets ou Ikea ?

 

Jeudi 11 juillet
Partis à 6h45, nous naviguons longtemps pour arriver à Haugesund où nous passons la nuit devant un shipchandler.
Photo prise par un spotter!

 

Vendredi 12 juillet
Partis à 7 heures, nous traversons des fjords, calmes comme la surface d’un lac. Le ciel est couvert, mais peu à peu il fera place à un soleil éclatant qui nous accompagnera jusqu’à Hjellestad. Pas de vent ou si peu.

Samedi 13 juillet
Avec les avions qui survolent la zone jusqu’à minuit et qui reprennent leurs vols à 6 heures du matin, on n’a qu’une envie c’est de quitter cet endroit ! Il fait frais, le temps est couvert, mais très vite le soleil apparaîtra.
Nous arrivons à BERGEN vers midi. Des bateaux de touristes « sightseeing tours » côtoient des tankers et remorqueurs.

C’est un joyeux méli-mélo. Mais tout au fond de la baie, sur les rives de la ville nous apercevons des barques, voiliers et bateaux à moteur à couple jusqu’à 3 ou 4. Nous cherchons une place, avisons un grand bateau suisse, mais décidons de nous mettre à couple avec un bateau polonais qui quittera Bergen dans l’après-midi. Aussitôt les Polonais partis, nous prenons leur place à quai et des Suédois viennent se mettre à couple.
Nous sommes en plein centre de Bergen, à côté de l’office du tourisme et du marché aux poissons couvert, devant la place Torget où se tient un marché quasi permanent de poissons, crustacés, caviars et autres dérivés avec petite restauration.

Dimanche 14 juillet
C’est assez calme. Mais bientôt les paquebots déverseront des milliers de touristes qui envahiront les lieux. Nous visitons le quartier de Bryggen, quartier hanséatique, autrefois une ville dans la ville dirigée et jalousement gardée par les Allemands, notamment par la ville de Lübeck, jusqu’au XVème siècle.

Nous visitons le musée archéologique de Bergen. On apprend que Bergen a été la victime de 9 incendies au cours des siècles. L’après-midi nous visitons le musée hanséatique avec un guide. Sommes déçus, une partie n’est pas visible, car en rénovation.

Lundi 15 juillet
La matinée se passe à trouver un shipchandler pour résoudre le problème de la cartographie qui n’affiche toujours pas le Swalbard… On fait chou blanc, à part une carte papier que l’on trouve dans une librairie.
Un bateau allemand est venu remplacer les Suédois. Des Allemands qui nous ont immédiatement invités à boire un verre (de bière natürlich !).

Mardi 16 juillet
Excursion au mont Ulriken 643 mètres qui domine Bergen et les fjords environnants. La montée en funiculaire se fait en 7 minutes. Nous en avons mis 45 pour monter à pied !

Cornalin en ville

C’est notre tour d’inviter nos voisins,, mais au retour de l’avitaillement, un troisième bateau est venu s’amarrer. Alors nous l’avons aussi invité à l’apéro !

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut