2018 Brest – Dunkerque

Mercredi 27 juin
Horreur !
On vient d’apprendre que les Norvégiens ne rigolent pas avec l’alcool et n’autorisent qu’UNE BOUTEILLE par personne !!! Aïe ! aïe aïe !
Va falloir réfléchir à une solution et commencer à taper dans notre réserve !
Nous appareillons pour retourner à Camaret qui est un point de départ plus adéquat pour faire le chenal du Four.
Nous avons un bateau anglais à couple.
Le soir, nous allons voir le match Suisse-Costa Rica. Les Suisses sont qualifiés pour les huitièmes de finale !

Jeudi 28 juin
Il y a une flottille de bateaux qui a palabré jusque tard dans la nuit… difficile de s’endormir !
Aujourd’hui, c’est les vacances : plage !
Au retour, on constate qu’il y a un bateau anglais (encore !) qui est venu se mettre à couple. Le port est trop petit en été, il y a jusqu’à 3 bateaux à couple !
Nous faisons un constat déplaisant : quelqu’un s’est introduit dans le cockpit cette nuit ou pendant notre absence et a tenté de voler l’écran multifonctions. La chaîne a été tailladée et le couvercle déplacé !

Avons retrouvé Corinne et Patrick, qui redescendent. On va boire l’apéro sur leur bateau « Carpe diem » et faisons la connaissance de Brigitte et Pierre du bateau « Pof Pof ». Les Ti punch se suivent, puis vin rouge, l’apéro devient très vite dînatoire.
Certains auront un peu mal à la tête le lendemain !
Vendredi 29 juin

Aujourd’hui plage et préparation d’une potée de viande et légumes, et salade de haricots… Pof pof et Carpe Diem viennent manger. On sera très raisonnable.

Samedi 30 juin

Belle balade le long du littoral avec deux arrêts baignade. Magnifiques plages.

J’y vais, j’y vais pas …

3h. de balade le long de la côte, ça change du bateau.

En ville il y a une bouquinerie où je fourgue 4 livres et en reprends 4.

De retour, nous voyons qu’un bateau français cette fois-ci est venu s’amarrer au Cornalin. Des gens charmants.

Dimanche 1er juillet
On quitte le port pour aller s’ancrer devant la plage, prendre un dernier bain et attendre le moment de la renverse de la marée et ainsi profiter du courant pour partir.

Vers 12h30 nous levons l’ancre et partons pour le chenal « Le Four ». Malheureusement le vent est de face, nous mettons quand même la GV et avec l’aide du courant nous atteignons 7,5 knt.
Après le phare du Four, la mer devient cassante et moutonneuse, à cause de la Manche.
Nous arrivons vers 18 heures à Aberwrac’h sous une petite pluie fine. Des orages étaient annoncés, heureusement nous n’en avons pas eus.
Dans le port d’Aberwrac’h c’est le souk ! On nous met d’abord à couple avec un bateau qui nous dit vouloir partir à 7 heures le lendemain matin. Alors l’employé du port nous change de place et nous met à couple avec un bateau français qui a promis de partir avant midi, car il occupe une place de pêcheur. Seulement, après consultation des vents, de la marée, du courant, le propriétaire du bateau vient nous annoncer qu’il faut qu’il parte à …7 HEURES !
Donc il faudra mettre le réveil à 6h30 !
Imaginez la surprise : à peine amarrés, un employé du port nous amène une enveloppe à notre nom ! On s’attend à une catastrophe!
Et bien non !
Ce sont nos Jurassiens rencontrés devant l’Abeille Bourbon qui circulent dans le coin et qui nous ont laissé un message et un no de téléphone. Ils voyagent en camping-bus. Nous les appelons et fixons un rdv pour mardi.
Lundi 2 juillet 18
6h30 debout pour déplacer le bateau. Nous allons à la bouée et retournons sous la couette d’autant plus qu’il y a un orage.
En fin de matinée, accalmie, on va à terre avec l’annexe, avec l’intention d’aller dans le petit village à 30 minutes de la marina. C’est trop tard, les magasins ferment entre midi et 2 heures. Alors on va prendre notre douche, sauf qu’on la prendra une deuxième fois en retournant sur le bateau !
On retentera l’expérience un peu plus tard dans l’après-midi, avec succès cette fois et moules frites à la clé !
Mardi 3 juillet
Nous nous levons tôt, pour partir tôt et profiter du courant. Sauf que lorsque Dominique détache la bouée et me dit d’’avancer,
LE MOTEUR CALE !!!
Pas possible de rattraper la bouée, Dominique a le réflexe de mouiller l’ancre et une fois de plus d’aller mettre son nez dans le moteur.  Pour la deuxième fois, c’est un tuyau bouché. Il doit rester des saletés dans le réservoir qui étaient inaccessibles au mécano à cause des compartiments du réservoir. On perd ainsi une demi-heure que l’on paiera par une heure et demie de navigation supplémentaire.
On arrive à Roscoff avec en prime un petit crachin et une visibilité réduite à cause de la brume !
On avertit nos Jurassiens de notre arrivée à Roscoff et convenons de nous voir en début de soirée au bateau.
Nous allons faire quelques courses et Suzi et Manu arrivent après avoir vu le match Suisse-Suède…
Nous passons une joyeuse et bonne soirée en leur compagnie et promettons de nous revoir bientôt…en Suisse !
Mercredi 4 juillet

Balade à Roscoff qui est une très belle ville avec des maisons en pierres taillées, décorées avec des linteaux, des ogives.

Joli petit port qui assèche à marée basse.

Jeudi 5 juillet

Debout à 6 heures, en route pour Tréguier. Le courant nous fait atteindre des vitesses de plus 8 knt, alors nous décidons de poursuivre jusqu’à Lezardrieux. On s’arrête un peu avant dans la baie de Pommelin où nous jetons l’ancre. C’est magnifique !
Vendredi 6 juillet

Debout 6h30, départ 7 heures pour St Malo. Le ciel est couvert, mais il se dégagera en fin de matinée et ce sera une belle journée. Et pour la première fois nous avons du vent portant et le courant avec nous !

Dans la marina des Bas Sablons, c’est le petchi ! Après avoir attendu 20 bonnes minutes une place, ce sont des Suisses qui nous en ont indiqué une et aidé à nous amarrer.

Le soir, nous allons boire un verre au Cunningham, célèbre bar, connu de tous les navigateurs suisses. C’est en quelque sorte un pèlerinage, car lors de chaque croisière de Pâques de formation, organisée par le CCS (Cruising Club Suisse), celle-ci se termine au Cunningham et… souvent fort tard ! Et cerise sur le gâteau : le patron est suisse !!!

Samedi 7 juillet
On visite la partie Est de St Malo : le bassin Vauban et ses beaux vieux gréements.

2ème visite au Cunningham.

Dimanche 8 juillet
Dominique a toujours et encore mal à l’épaule… ça le rend un peu moins entreprenant. Néanmoins il cherche quand même à trouver une panne sur son ordinateur de bord. Sans succès, il faudra racheter un hardware en Angleterre.

Lundi 9 juillet
Nous avons rendez-vous chez une chiropraticienne car Dominique en a assez de prendre des médicaments.

Il se force un peu à bricoler et installe des sacs à bouts sur les francs bords.
Il est fatigué, a l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur… Pourtant la chiro était fine, blonde et jolie !

Mardi 10 juillet
Nous partons faire le tour de la cité d’Alet et nous arrêtons sur une plage où nous prenons le premier vrai bain de l’été.
Nous allons à l’avitaillement. C’est le jour du match France – Belgique. Inutile de dire que la victoire a été ponctuée par un concert de klaxons !

Tu montes chérie ?

Marée coefficient 105 + 11m.

Sous l’eau le seuil   ne va pas tarder à découvrir, petit calcul de marée pour savoir à quelle heure on peut partir.

Mercredi 11 juillet

Ce matin, visite du mémorial 39- 45 du fort de la cité. Visite intéressante.
L’après-midi, nous jouons aux touristes et prenons le petit train qui fait le tour de la cité Intra-Muros, avec des références à Jacques Cartier qui découvrit le Canada, Surcouf le corsaire…
Dernier verre au Cunningham.

Ces tourelles ont été pilonnées par les Alliés pendant la libération de Saint-Malo, les Alliés n’avaient que des canons de 50 et 75 mm insuffisants pour traverser le blindage de 30cm de la tourelle de 30 tonnes!
Ils ne pouvaient qu’espérer endommager le mécanisme de la mitrailleuse intérieure.

Le ptit mousse donne une idée de la taille de la tourelle, composée de 3 étages reliés par des galeries souterraines

Jeudi 12 juillet

9 heures départ, direction Jersey. Grand soleil, ce sera une magnifique traversée avec beaucoup de voile. Avons vu, de loin, l’île de Cezembre où est enterré René Chateaubriant, laissé les Minquiers sur notre tribord et sommes arrivés à St Hélier (la capitale de Jersey) où nous avons dû attendre de pouvoir entrer dans la marina, à cause du seuil.

Pas tous les jours qu’on peut voir le Cornalin de haut!

Un employé nous désigne une place le long d’un ponton, mais très vite nous avons un bateau français à couple. Ce monsieur est seul, il attend sa femme qui va arriver par avion le lendemain. On l’invite à l’apéro, puis au spaghettis. C’est homme proche de la retraite qui exerce le métier de pilote dans les ports.

Vendredi 13 juillet
Réveillés à 2h30 par des fêtards.
Ce matin, avons pris le petit train qui longe la magnifique baie de St Hélier à St Aubin, pris un vrai breakfast anglais là-bas.
En fin d’après-midi, nous déambulons dans les rues de St Hélier, puis allons au duty free faire encore quelques achats.
Un peu plus tard, toc ! toc ! toc !

Le port de St Aubin à l’ouest de Jersey.

Visite totalement inattendue et insolite : Steve, un radio amateur qui a pour objectif de traquer les navigateurs radio-amateurs (ce que Dominique n’est plus vraiment) et, habitant de Jersey, voit enfin un bateau venir jusqu’à lui et c’est le Cornalin qu’il est venu saluer.
Le soir, nous retournons en ville voir les fameuses mini jupes de Jersey. La jeunesse est dans les bars et sur les terrasses et dégage un joyeux brouhaha, mais des mini jupes ? très peu, surtout des pantalons troués aux genoux et des shorts.
Nous apercevons un bar qui s’appelle « Blue Note » et je me rappelle qu’il y a un peu plus de 14 ans nous y étions allés écouter de la musique. Alors nous y retournons pour écouter un blues band composé de musiciens avec des chemises à fleurs, t-shirts et bermudas. Mais ils jouent très fort. Trop fort. A la pause nous partons.
Lorsque nous revenons, nous avons un bateau français à couple.

Samedi 14 juillet

Aujourd’hui c’est la fête dans les rues de St Hélier, (rien à voir avec la fête nationale française), animation, musique, carrousels, stands de nourriture, marchandises diverses, les rues sont interdites à la circulation. On y fait un tour le matin et l’après-midi.

Marché couvert de Jersey

Dimanche 15 juillet
7 heures debout et peu après, départ pour Guernesey avec un joli moment de voile. Vers 12h30 sommes accueillis par un employé qui nous dirige vers un ponton d’attente, le seuil pour entrer dans la marina étant découvert. Il faudra attendre 18 heures pour que la mer recouvre le seuil. Et les bateaux continuent à arriver et on a vu jusqu’à 6 bateaux à couple ! Bien sûr un bateau viendra aussi se mettre à couple du Cornalin. Tous les bateaux sont ensuite dirigés un par un vers une place. Nous sommes à quai, au cœur de la ville de St Peter Port, avec une vue superbe sur la statue du prince Albert et l’église de St Peter Port, l’église la plus proche de toutes les îles, paraît-il, d’un pub !!!  La ville est très fleurie, avec des propriétés coquettes, des maisons en pierres granitiques.

Va falloir attendre la marée montante pour passer, avec un responsable de la manœuvre qui gère les resquilleurs, de quel pays au fait ?

Lundi 16 juillet
C’est journée « musées » avec l’achat d’un discover pass. Mais avant nous nous offrons un breakfast anglais. Nous serons ensuite prêts pour la visite du château Cornet qui comprend le musée maritime, l’histoire du château, le musée de la royale Guernesey light infantery et le royal Guernesey militari muséum. Hum…tout est axé sur la défense, ai besoin de voir autre chose !

Port de Guernesey vue du château.

Un petit arrêt dans un shipchandler qui pratique des prix incroyables : avons acheté chacun un pull made in England et des bottes chaudes pour le capitaine, pour les nuits fraîches à venir !
Nous visitons ensuite l’exposition sur Victor Hugo qui a vécu plus de 15 ans à Guernesey, mais n’avons pas pu visiter sa maison qui était en réfection. Avons vu ses dessins à l’encre et au fusain, toujours très sombres. C’est à Guernesey qu’il a entièrement écrit « Les travailleurs de la mer » en une année.

Le copain d’école du ptit mousse…

Avons visité ensuite le « Naval signal MQ » bunker aménagé par les Allemands qui sont restés 5 ans à Guernesey. On y a vu la fameuse machine « enigma » qui a causé bien des maux de tête aux Anglais avant qu’ils ne parviennent à en comprendre le fonctionnement.

Enfin un truc sympa, de vieilles radios!

Ce bunker a été le centre de communication de la marine allemande, destiné aux contacts avec leurs sous-marins.

Retour au bateau, des Canadiens de Québec viendront se mettre à couple.

Mardi 17 juillet
Nous avons acheté des billets pour faire un tour de l’île. Nous avons droit à 3 arrêts « clic clac kodak » ! C’est une belle île, avec de la lande, de belles plages.

Very british ce gazon.
De retour, après avoir avalé un sandwich, nous reprenons un bus pour visiter l’ancien port de St Peter Port, resté port de pêcheurs et autres activités.
En cherchant un restaurant le soir, nous avons été surpris de voir flotter les drapeaux de tous les cantons suisses et sommes tombés en arrêt devant un immense et magnifique bâtiment en marbre rose appartenant au ….Crédit Suisse !!!

Coté ouest

Côté est

Helvetia court… tiens tiens tiens! en fait ce sont les bâtiments du Crédit Suisse!!

Mais comble de surprise, dans la cour trône une grande statue de Othon 1er de Grandson, gouverneur à vie des îles anglo normandes, pour services rendus au roi Henri III et avoir rapporté au Pape le saint suaire du Christ lors d’une Croisade.


Devant la statue une large table en pierre retrace l’histoire de Othon 1er dont la tombe se trouve dans la cathédrale de Lausanne.

Les profs … c’est le moment de rouvrir les bouquins d’histoire.

Mercredi 18 juillet
Nous avons pu partir et franchir le seuil avant les quillards. Na, na, na! dérive relevée le Cornalin!

Devant nous le fameux RAZ BLANCHARD… à négocier avec doigté !
On a l’impression d’être à la surface d’une eau qui bout à gros bouillons. Dominique devra à un moment donné barrer,
Pas triste, 7 kts de courant, latéral, un retour de courant contraire qui nous empêche d’aller sur Cherbourg, mais qui nous pousse au large.
Pas la peine d’insister, ya plus qu’à suivre mère nature!
Et nous arrivons à Cherbourg.

Jeudi 19 juillet
Nous étions dans les premiers à l’ouverture de la Cité de la Mer ! Première visite : le Redoutable, premier sous-marin nucléaire, français lanceur d’engins à tête nucléaire.
128 m de long !
Le réacteur a été enlevé !

Le redoutable, premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins à tête nucléaire, inauguré par De Gaulle dans les années 60.
Un monstre, voir la taille des gens en bas sur le côté!
Visite inoubliable!

Le cap. en prend plein les yeux!

Une électronique de l’âge du cap.

Et du confort s’il vous plaît!

Pour plonger on pousse la barre.

Souvenirs du cap qui a travaillé sur ce genre de machines dans sa jeunesse!

Puis l’exposition sur le Titanic et enfin l’Aquarium et l’exposition maritime. Avons même participé à l’activité « On a marché sur la mer » !

Vendredi 20 juillet
C’est jour de marché, un grand marché, les rues sont envahies par les badauds et les stands de nourriture, de vêtements, accessoires, etc..
Entretien du bateau, pomper les fonds, nettoyage, lessive.

Samedi 21 juillet
Partis à 8 heures, temps couvert, bonnet, pantalons, veste.

 

Bateau stop… vous allez en Angleterre ?

 

Hummm le cap a l’air bon, on reste

Un des deux pigeons, le malotru, posera une fiente dans le cockpit du Cornalin,…..

Fainéants ces 2 pigeons voyageurs, tricheurs, disqualifiés!

Une petite heure de voile, puis voile et moteur et nous arriverons à la voile dans le Solent (c’est le détroit qui sépare le sud de l’Angleterre de l’île de Wight) et un ciel bleu. Après plus de 12 heures de navigation nous arrivons à Lymington, en Angleterre.
YES, WE ARE IN ENGLAND ! INDEED !

La marina est bondée et on nous met à couple avec des Hollandais.
Penne al arabiata, salade et une bouteille de rouge pour fêter notre arrivée en Angleterre et la traversée de la Manche !

Dimanche 22 juillet
On va se balader dans Lymington et s’offrir un troisième breakfast anglais. Il fait chaud. Relâche, repos !

Lymington 1ère escale anglaise

Lundi 23 juillet

Partis vers 14 heures. Eh oui, il faut toujours tenir compte du courant et c’est lui qui nous dicte notre heure de départ… Nous faisons une magnifique traversée du Solent ouest à la voile. Mais il faut être très attentif, c’est un lieu très fréquenté par les régatiers !
Nous arrivons à Southamton, dans la marina Ocean Village, au cœur de la ville. La marina est entourée d’immeubles.

Il y a du beau monde sur l’eau dans le Solent!

Et tous plus rapides que nous!

Mardi 24 juillet
Puis on attend nos anciens voisins Marie-Louise et Roy qui habitent l’Angleterre depuis que Roy a pris sa retraite. Il y a 7 ans qu’ils ont quitté la Suisse. Ils avaient vu le bateau en construction et Dominique leur avait promis de venir les trouver ! C’est assez extraordinaire et un peu émouvant de les revoir.

Nous buvons l’apéro, grignotons le taboulé, la salade verte et les petits fruits pour le dessert. Et ML et Roy nous emmènent dans leur voiture dans la campagne anglaise. Tout d’abord, une surprise pour Dominique : à Alresford, nous assistons au départ d’un train à vapeur, sur la watercressline. Les employés sont des bénévoles qui entretiennent et actionnent la locomotive et sont habillés d’époque.

La Watercress line était utilisée principalement pour transporter le cresson à Londres.

Petit voyage dans le temps.

Le chef de gare aux commandes et tout fonctionne!

Bon, c’est plus du cresson, mais de la bière qui est transportée!

Puis nous avons eu droit à un cream tea, véritable thé anglais avec scones chauds, beurre, marmelade, sandwiches, et cakes, un festin ! N’avons pas pu tout manger, sommes repartis avec un dogybag !

Véritable Tea time avec Roy and Marie-Louise

ML et Roy nous emmènent ensuite voir un adorable cottage au toit de chaume, dans un endroit bucolique, au bord d’un ruisseau.
Avec plein de “magrets” en vadrouille….

Nous reprenons la voiture pour aller à Winchester où nous avons juste le temps d’admirer l’intérieur de la cathédrale avant qu’elle ne ferme.

 

Mercredi 25 juillet
Ce matin, nous allons au « Solent  Sky »,musée où se trouvent des anciens Spitfires et autres avions.

Un hydravion XXL utilisé pour des trajets longue distance (avec escales) jusqu’en Australie depuis Southampton

C’est pas beau un cockpit de Harrier! Mais petit, petit.

Ils ont piqué un Venon à l’armée Suisse?

L’après-midi, nous allons au Sea City Museum, à plus d’une demi-heure de marche. Décevant : trop de monde, les activités interactives sont prises d’assaut et l’exposition sur le Titanic n’égale pas celle de Cherbourg. On revient en passant par les rues piétonnes, on voit des restes de remparts, de tours et d’enceintes miraculeusement épargnés par les bombardements.
Retour au bateau pour nous préparer à recevoir Marie-Louise et Roy qui viennent manger au bateau et passer une dernière soirée avec nous.
La visite de ce coin d’Angleterre avec pour guides Marie-Louise et Roy restera un souvenir inoubliable !

Jeudi 26 juillet
Avons quitté Southampton vers 11 heures et sommes arrivés à Porthsmouth vers 15 heures. Il y avait beaucoup de trafic dans le Solent Est. Nous sommes dans la marina GoSport. On voit très bien la Spinnaker Tower, 170 mètres, qui domine la ville. Le soir, elle prend des couleurs fluos.

Le spinnaker de Portsmouth

Portsmouth est aussi la ville où est né, a vécu et est décédé Charles Dickens.
Ruth et David, venus de Londres, nous rejoignent sur le bateau pour un apéro et nous emmènent manger dans l’immense centre commercial de Portsmouth.

Vendredi 27 juillet
Nous avons rendez-vous à 9h30 à la gare avec Ruth, David et Michael (un membre de la famille de Ruth) chez qui nos Londoniens logent. Pour aller à la gare, nous devons prendre un bac.
Première visite, extraordinaire,  il s’agit du Marie-Rose. C’est un navire de guerre qui appartenait à Henri VIII et qui a sombré le 19 juillet 1545 au large de Portsmouth. Ce qui est extraordinaire, c’est le fait qu’il n’ait été découvert par des plongeurs qu’en 1960. Le côté bâbord avait disparu, érodé, mais le côté tribord était envasé et bien conservé. Il a fallu attendre 1982 pour sortir la carcasse de l’eau (en direct à la tv !) Et plus de 18000 objets ont été retrouvés plus ou moins intacts (vaisselle, vêtements, bijoux, argent, objets usuels, canons, etc..), ce qui a permis de donner beaucoup d’informations sur le mode de vie à l’époque des Tudor.

Pendant 12 ans la coque du Marie Rose a été aspergée avec de l’eau douce pour enlever le sel et la protéger de la pourriture

Les photos sont interdites sur le site, ceci est tiré d’une brochure.

Puis nous testons un Fish and chips, bonjour la friture ! mais fallait bien goûter une fois !
Nous faisons ensuite une longue marche, en longeant le port commercial, le port des pêcheurs, prenons quelques gouttes de pluie, avant d’arriver au musée du DDay. Il y a une remarquable tapisserie de 34 mètres de long qui retrace l’histoire du débarquement. Puis nous visitons le Seasouth castle, château construit pour la défense du port et de la ville.

Un peu sec le gazon anglais!!

Nous sommes près de chez Michael qui nous invite à boire un verre chez lui. Nous mangeons ensuite dans un restaurant grec. Retour au bateau.

Samedi 28 juillet
9h 30 rdv à la gare avec Ruth et David, car nous allons visiter le « Victory » (que Michael a déjà vu), le vaisseau de l’amiral Nelson, vainqueur de la flotte franco-espagnole à Trafalgar. C’est un bateau magnifique. Il y a une plaque au sol qui marque l’endroit où Nelson est tombé, mais en connaissant l’issue glorieuse de la bataille, le 21 octobre 1805.

Le Victory de l’Amiral Nelson en cale sèche pour longtemps, mais il lui manque le haut de ses mâts pour révision.

Ruth Geal le ptit mousse et David Geal
Nos guides

On en prendra plein les yeux

La caisse du menuisier

Sur le pont, une plaque au sol commémore l’endroit ou l’Amiral Nelson a été touché par une balle française.
Pour la petite histoire, son corps a été mis dans un tonneau de BRANDY,  pour conservation, et ramené en Angleterre, pour des funérailles nationales.

Puis nous visitons le HMS Warrior, le vaisseau le plus formidable de son époque, en 1860, en acier, à voile et vapeur.
Dominique a préféré la salle des machines, of course !

Premier vaisseau à  voile et vapeur en acier!

La cambuse

La chaufferie: il y avait seulement du charbon pour 4 jours à pleine vitesse (18kts)

Nous avons retrouvé Michael avec qui nous prenons le bus pour visiter une jolie ancienne ville romaine, Chichester.
Nous sommes allés dans un vieux pub manger une aquacressoap (soupe au cresson), spécialité du coin avec une rarebit, sorte de croûte au fromage (cheddar) à la bière.
Avons repris le bus pour un arrêt au bord de la mer à Bosham, où à marée haute l’eau recouvre jusque dans les rues du village.

Retournons ensuite à Portsmouth où nous mangeons indien.

Dimanche 29 juillet
Temps épouvantable ! Il pleut et il vente fort. On attend Ruth, David et Michael pour un dernier verre au bateau et prendre congé d’eux.
Merci à eux trois, d’avoir été nos guides, c’était formidable de pouvoir visiter un coin d’Angleterre avec eux.

Nos amis anglais se sont mis à boire du vin blanc!
On ne sort pas du bateau.

Lundi 30 juillet
Wight is Wight… Dylan is Dylan…

Nous prenons le ferry pour l’île de Wright. On débarque à Ryde et de là prenons un bus pour Newport, la capitale. Aux abords de la ville, le bus est pris dans un bouchon. Prenons ensuite un bus pour Cowe que nous visitons et où nous admirons le Royal Yatch Club. Nous allons ensuite au pont qui relie la partie est et ouest de la ville. Il faut payer pour passer le pont !

C’est d’ici que partit la première course de la coupe de l’America

On ne plaisante pas avec le protocole.

Nous marchons encore un bon moment jusqu’à Osborne House, la résidence de vacances de la reine Victoria. Le parc est grandiose avec des arbres touffus, immenses et centenaires.

Jardin fabuleux, mais sécheresse oblige.

Le chalet suisse de la reine Victoria

Mini château fort… pour les garçons, les filles en cuisine!

La terrasse devant l’entrée est une merveille de fleurs. La villa dont les plans ont été faits par le prince consort est d’inspiration italienne. De nombreuses statues antiques peuplent les couloirs, ainsi que des bibelots et des tableaux. La salle de réception est particulièrement belle.

Avons vu les appartements de la reine avec la nursery, ainsi que le lit de la reine.

L’Eiger peint pour la reine Victoria

Retour à Portsmouth sur un ponton délabré pour prendre le ferry.

Mardi 31 juillet
Départ 6 heures. Il pleuvine. On hésite à partir. Nous partons et nous avons bien fait, car la pluie a cessé, le soleil est apparu et le courant nous a fait atteindre des vitesses de 8knt.
A Brighton la houle est assez dérangeante. On nous attribue la dernière place au ponton. Pas le temps de finir de nous installer que nous aurons un bateau à couple.

Nous prenons le bus pour aller au Brighton Pier, centre de jeux en tout genre, voir comment les Anglais se divertissent. Eh bien, comme partout : fête foraine, stands de nourriture, mais les machines à sous en plus.

Mercredi 1er août
Sur nos monts quand le soleil…
Le soleil est là ! et nous partons pour une petite nav jusqu’à Eastbourne.
La côte est bordée de falaises blanches, carrières de gravier, les « Crambles » et au-dessus de jolis petits villages au milieu des champs. C’est très joli.

La côte sud de l’Angleterre est parsemée de petits villages à flan de falaise.

L’arrivée dans le port de Sovereign se fait par une écluse. La marina est entourée de bâtiments d’habitations.

Jeudi 2 août

Photo prise à marée basse, par un “spotter” qui nous a retrouvés via l’AIS et envoyé les photos, sympa!

Partis vers 10 heures, temps splendide pour longer la côte anglaise. Il faut avertir les autorités portuaires pour avoir l’autorisation d’entrer dans le port de Douvres, puis il y aura un seuil à passer pour entrer dans la marina. Il n’y a que des bateaux hollandais dans la marina.

Vendredi 3 août
On reste un jour de plus car il y a le château de Douvres à visiter. Il fait beau et chaud.

Le château a été construit par Henri II en 1180. Il est très bien conservé et les souterrains ont servi de QG pour organiser la retraite de Dunkerque et la défense aérienne lors de la dernière guerre mondiale.

Des canons partout et toujours dirigés vers la France…

Des bastions, des souterrains, failli perdre le ptit mousse.

Si le château est resté intact, l’intérieur a été reconstitué

Alors ma Reine, on prend la pose?

Magnifique vue sur le port de Douvre depuis le château, côté EST

Côté Ouest

Nous allons le soir tester l’ambiance du Yatching Club. Ambiance très feutrée, cosy, mais nous ne faisons pas partie du club.

Même pas mis une cravate.

Nous préférons aller au Cullings Yard, un restaurant au bord de l’eau et dans lequel le comptoir est une barque coupée en deux. Et c’est délicieux !

Super bistrot anglais avec un bar canon!

Samedi 4 août
Réveil à 7 heures. Il faut déplacer le bateau avant que la porte ne se referme. On sort et s’amarre à un ponton d’attente pour attraper les courants favorables. Il faudra attendre jusqu’à midi et la suite du trajet nous apprendra que ce sera encore trop tôt.
On met les voiles, ça gite un peu trop à mon goût… on prend un ris dans la GV, puis un ris dans le génois, puis un deuxième ris dans la GV. On met quand même un petit coup de moteur pour traverser « le rail »  (c’est l’autoroute des gros, gros bateaux) et être plus manœuvrant si besoin est. On le remettra un peu plus tard, car ayant pas mal dérivé, on se trouve face au vent.
Dans le port de Calais, il faut aussi s’annoncer pour y entrer, priorité étant donnée aux grosses unités. On entre dans le bassin d’attente et s’amarre à une bouée en attendant que la porte s’ouvre et que le pont tournant se lève. On peut enfin pénétrer dans la marina et on nous attribue la place d’un privé, assez éloignée de la capitainerie et de la fête foraine qui bat son plein.

Dimanche 5 août
Nous sommes chez les Ch’tis ! On se réjouit de manger des croissants français en ville et faisons un petit tour.

Lundi 6 août
On reste à Calais. Relâche. Le soir on va manger du cochon grillé à la fête foraine.

Mardi 7 août
Il faut être à 8h48 à l’ouverture du pont. Il fait grand beau et chaud. Direction Dunkerque, marina du Yatch Club de la mer du Nord.
Dominique est très content: il y a DEUX shipchandler proches de la marina. Il commande des instructions nautiques pour la suite du voyage, qui n’arriveront que samedi. Il se renseigne également pour un tangon, mais la livraison ne sera pas possible en raison de la fermeture du secteur expédition (probablement en grève ou en vacances)!!!

La prochaine saison se prépare…..

Mercredi 8 août
C’est jour de marché. On y achète fruits et légumes. En retournant au bateau, on s’arrête pour boire un verre devant le Duchesse Anne, navire allemand, rétrocédé aux Français pour réparation de guerre.
L’après-midi Dominique commence le  nettoyage, ponçage et imprégnation du sol du cockpit, qui se fera sur 3-4-jours , car il faut mettre 3 couches.

Jeudi 9 août
Le ciel est couvert et la température a brusquement chuté de moitié! et il pleuvra jusqu’au soir.
Nous allons voir les douaniers pour leur demander des éclaircissements sur notre situation dans l’union européenne (règle des 18 mois).
Ils n’en savent pas plus que nous!

Vendredi 10 août
On teste le chauffage, car Dominique a fait l’entretien. Impecc.
On sort quand même, malgré une petite ondée de temps en temps. On se rend au centre ville.

Samedi 11 août
C’est de nouveau jour de marché.
Dominique continue de s’occuper de son sol de cockpit et moi  je vais me balader en ville.
Le soir, on s’offrira un petit resto très sympa “La Cambuse” qui a un cadre très atypique.

Dimanche 12 août
Il y avait longtemps qu’on n’avait plus visité de musée…!!!
Nous commençons par le musée de Dunkerque 1940 qui retrace l’opération Dynamo, orchestrée depuis l’Angleterre par Churchill, pour rapatrier les soldats anglais d’abord, puis français, pris en tenailles par les Allemands.
Puis nous visitons un immense bâtiment qui contient encore quelques éléments des décors  et trompe-l’oeil  qui ont servi à tourner le film “Dunkerque” de Ch Nolan.

Camion destiné à la reconstitution de la fameuse jetée construite avec des camions, ces camions sont bidons, cabines en fibre de verre

Maquette du bateau hôpital coulé par les bombardements.

Encore un dessin en trompe-l’oeil

Un des nombreux pont-levis de la ville de Dunkerque.

Et nous longeons l’interminable plage qui a été le théâtre de l’embarquement des soldats. C’est très animé et on a l’impression que c’est la sortie du dimanche des Dunkerquois (?)

Lundi 13 août, mardi 14 août
Toujours à Dunkerque où nous allons et venons entre shipchandler, supérette, librairie et musée. Eh oui ! Dominique visitera encore (sans moi) le musée de la marine.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut