2015 Crête – Naxos

Mars – mai 2015 Crête Dodecanèse

De retour à Agios Nikolaos le 6 mars, le capitaine retrouve son bateau avec plaisir. Il commence les travaux d’entretien et passe beaucoup de temps à courir après l’artisan sculpteur et serrurier qui doit faire les supports des nouveaux panneaux solaires. Il les obtiendra un mois plus tard… La patience de Dominique a été mise à rude épreuve, mais il est très content du résultat.
Après 10 jours d’utilisation, plus besoin d’électricité extérieure, fini les prises pontons!
20A en plein soleil!

12 jours plus tard la mousse arrive à  son tour en compagnie de sa sœur. Mais nous logeons dans un appartement-hôtel parce que l’intérieur du bateau est un vrai chantier!
Dominique a loué une voiture et la semaine sera un peu relâche. Nous sommes étonnées d’apercevoir de la NEIGE sur les montagnes alentour…
Les gens de la montagne nous diront qu’ils ont eu 1,80 mètre de neige. Nous les croyons: les arbres déracinés et les toitures écroulées le prouvent. Le temps est maussade, vent soleil, pluie….
Nous visitons le nord, nord-est de île et passons une journée à Héraklion à l’hôpital universitaire en ophtalmologie pour un contrôle (suite à mon opération).
Et puis Edith s’en retourne à Genève et les travaux reprennent: démontage des safrans, vérification du presse-étoupe et démontage de l’arbre de l’hélice, ponçage de la coque, peinture entre 2 averses, sirocco, pluie, froid, grêle etc.. etc..

Vendredi 3 avril 
Nous emménageons dans le bateau qui est toujours sur les plots et la nuit est confortable: pas de vent, pas de houle!

Mardi 7 avril
Levage du bateau pour la mise à l’eau

Vendredi 3 avril 
 Le Cornalin retourne sur l’eau.

 
Pas de commentaires sur les 2 boules à l’arrière de Cornalin SVP!
La nuit fut calme, mais ce fut bien la dernière car depuis mercredi la tempête fait rage et le Cornalin tire sur ses amarres qu’il a fallu renforcer avec des amortisseurs. Malgré cela deux amarres se sont abîmées et Dominique a dû apprendre à faire des épissures (= Rappondre 2 bouts).
En rodage…..
Jeudi c’est en bottes et cirés que nous nous sommes promenés en ville…et la grêle s’est manifestée une quinzaine de fois!
Les gens d’ici disent qu’ils n’ont jamais connu de mois de mars et avril comme ceux-ci. Un pêcheur nous a même affirmé qu’il n’avait pas vécu une météo comme celle-ci depuis 40 ans!!!

Encore un peu juste pour des jeux olympiques d’hiver, mais pour le ski de randonnée…
Ce weekend du 11 et 12 avril est celui de la Pâques orthodoxe qui est décalée depuis que le pape Grégoire XIII a décidé de passer au calendrier grégorien. Un énorme barbecue est organisé dans la marina par un groupe d’Anglais et les broches (2 agneaux et un cochon) tournent depuis 7 heures du matin. Et il fait ENFIN beau et chaud!

Les femmes en cuisine…. exceptionnellement elles sont autorisées à mettre leurs mains sur le bq.

Enfin, le 16 avril nous quittons Agios Nikolaos pour aller mouiller dans la baie magnifique de Spinalonga. (Avons même vu une tortue dans la baie!). Petite navigation… il faut reprendre certaines habitudes gentiment. Avec le dinghy nous allons à terre pour essayer de trouver une passerelle, car sur la nôtre des soudures ont lâché. Mais à moins de 600 euros (800 à Sitia!), pas de passerelle, même pas trouvé une planche pour en fabriquer une!

Une vraie caverne d’Ali Baba. Mais là c’est raté!
On retourne bredouille sur le Cornalin et prenons le premier bain de la saison…qui a duré au moins 5 secondes!
Faut dire que l’eau a 17degrés.
Après 2 nuits dans cette baie, nous prenons la mer, direction Nord-Est, SITIA est notre prochaine destination. La navigation sera musclée et la nuit est perturbée par le clapot des vagues contre la coque.

Nous y restons 5 jours à cause d’une météo maussade. Nous louons une voiture et visitons l’ île. Nous trouvons d’abord un soudeur qui nous répare notre passerelle pour la modique somme de 30 euros. Nous visitons le monastère de Moni Toplou (pas de photos, interdit!) qui renferme de belles icônes et gravures anciennes, puis les ruines d’Itanos, ancienne cité agreste de la période minoenne et pour terminer nous allons sur la superbe plage de Vai prendre un petit bain.

Encore personne…
Nous retrouvons notre bateau qui danse dans le port à cause d’une contre-houle qui nous pourrit la nuit. Et il dansera sans discontinuer pendant 48 heures!
Le lendemain 22 avril, nous reprenons notre visite de l’Est de île et visitons les vestiges du palais minoen de Kato Zakros, édifié en 2000 av JC, détruit en 1450 par une éruption du volcan de Santorin. C’est l’unique palais non pillé, retrouvé intact et qui a fourni beaucoup de renseignements sur le mode de vie minoen.
A Sitia, nous visitons aussi la forteresse vénitienne ainsi que le musée archéologique qui renferme de magnifiques et énormes amphores.

Des pierres et encore des pierres….

Le ptit mousse est aux anges….
Heureusement trop gros pour emporter sur le bateau!

Vendredi 24 avril

Après une moitié de nuit enfin paisible, départ pour l’île de KASOS, première île à l’est de la Crète.

C’est une petite île volcanique, sauvage, peu peuplée et très exposée aux vents. La population diminue chaque année à cause de l’exode des jeunes attirés par les grandes villes.

Yen a un qui a dû fumer la moquette..

Yen a un autre qui a voulu un Partenon en béton!


Mais ce béton grec, ne tiendra pas une génération!

Nous sommes les seuls touristes à part un bateau anglais qui partira très vite. Nous allons boire un ouzo pour prendre l’air du pays. Revenus au bateau, nous entendons que quelqu’un nous appelle. C’est Horst, un Allemand passionné de radio amateur qui a repéré l’antenne du Cornalin et vient faire connaissance. Lui et sa femme, après de années de navigation, ont vendu leur bateau et se sont établis sur cette petite île pour couler des jours paisibles.
Notre première nuit à Kasos est tranquille…
MAIS la nuit suivante sera infernale, avec des rafales de 50kn, impossible de dormir: le Cornalin tire sur ses amarres, grince, siffle, vibre et cerise sur le gâteau reçoit des coups de boutoir sur l’arrière, dus aux vagues soulevées par le vent dans le port.

Du vent, du soleil… problèmes d’excès d’énergie, les résistances de surcharge de l’éolienne sont bouillantes, et pendant plus de 48H, il faudra tout allumer, 220V, électronique, lumières, etc. pour absorber la surcharge.
La météo:
La météo en Crête est parfois difficile, la Crête est une chaîne de montagnes d’environ 1000m.
C’est une barrière pour les vents du Nord et Sud et les 2 extrémités Est et Ouest deviennent des entonnoirs à vent!
Parfois c’est l’Est ou l’Ouest, mais souvent les deux.
Alors quand on est sous le vent de la Crête on est sujet à des zones de calme et des zones de fort vent 2-3 fois le vent nominal!
Sur la carte ci-dessous en blanc est notre trajet, la première île à l’Est de la Crête c’est Kassos, la 2ème c’est Karpathos, et la 3ème Alimia.
Entre ces îles , la mer n’est jamais calme car même si le vent faiblit, il restera une houle générée par le précédent coup de vent.
De plus les fonds remontent de 700m. à 70m dans le passage entre les deux îles.
Il suffit de regarder les pêcheurs pour savoir si on peut partir, c’est une partie de cache-cache avec la météo!

En blanc notre trajet, évidemment pas dans ces conditions.
A 1h30 du matin, la capote s’affaisse, une attache de tube a lâché, il faut l’arrimer solidement sous un vent à décorner les bœufs!
Cela durera jusqu’à 18 heures le lendemain!
Le seul avantage, c’est que l’éolienne a tenu le coup….et c’est la première fois que Dominique me dit d’utiliser le 220V autant que je veux!!!

Lundi 27 avril
Il fait grand beau: on a passé de l’enfer au paradis! Soleil radieux et chaleur sont au rendez-vous. Nous réparons les dégâts de la capote, tournons le bateau de 180 degrés (une autre tempête est annoncée pour le lendemain), allons à la capitainerie nous acquitter des taxes.

Vue de l’ancien port
Le soir nous allons au restaurant où a lieu une manifestation organisée en l’honneur d’une délégation envoyée par Athènes formée de médecins, techniciens et spécialistes. Pendant 3 jours ils apportent leur aide pour améliorer les conditions de vie des habitants des toutes petites îles: consultations et soins gratuits, mise en place d’un dessalinisateur. On comprend mieux pourquoi l’arrivée des hors bords a été saluée par des fumigènes et des pétards.

Arrivée en fanfare des vedettes du jour…
En réalité ils s’offrent une virée en flottille (moteur) pour faire la tournée des petites îles grecques! (aux frais de la princesse) Le cap. est mauvaise langue!
La  soirée sera animée, avec orchestre local, chants et danses  traditionnelles, sans oublier les discours des autorités locales…

Mardi 28 avril
Contents d’avoir tourné le bateau qui absorbe les rafales par l’avant, le choc des vagues a ainsi diminué. Sommes invités à boire le café chez les Mueller qui louent une jolie petite maison sur le port.

Reprise des liaisons par ferries après le coup de vent, les denrées fraîches (légumes) commençaient à faire défaut.
Ce même ferry est allé s’échouer sur la digue du front du port quelque temps auparavant par coup de vent du sud et est resté 2 jours bloqué avec 250 personnes à bord. Un ravitaillement fut improvisé par les pêcheurs du coin pour nourrir les passagers bloqués à bord!

Mercredi 29 avril
Nous louons une voiture pour visiter l’île. La pierre y règne en maître absolu et les chèvres et moutons s’y promènent en toute liberté broutant les rares herbes et épineux qui constituent la végétation.

De très nombreux murs en pierres sèches délimitent des territoires et s’étagent sur les flancs de la montagne. Visite d’une petite église perchée tout en haut d’un col, puis baignade sur une plage magnifique.

Encore une plage de rêve et seuls au monde.

Jeudi 30 avril
Rendons la voiture, faisons quelques course car le 1er mai est férié. Je veux trouver un coiffeur pour me laver les cheveux, sans succès (le boiler du coiffeur est en panne!).
Et puis nous parvient la terrible, horrible nouvelle du décès d’un ami proche….Tristesse, désolation, on est bouleversés.

1er mai
Des pétards annoncent le 1er mai, jour férié;. Dominique met en service la pompe de cale de la baille à mouillage: encore une chose de faite!

La fête pour ces messieurs les médecins visiteurs….. Et 2 ptits Suisses!

2 mai
Départ pour Karpathos: pas de vent, mais une houle qui nous balance…un peu trop à mon goût! L’entrée dans la baie de Tristoma est délicate, car très étroite. Mais l’endroit est magnifique (quand il fait beau, sinon c’est l’enfer) et nous y passons une nuit tranquille.

 

Entrée dans la passe, rase cailloux assuré.

Vue en direction de la sortie, pas de quoi faire les malins, un plateau rocheux sous l’eau réduit le passage en largeur! Par Meltem….. On ne veut pas savoir.

3 mai
C’est sur la petite île d’Alimia que nous allons rester quelques jours. Il y a un petit village aujourd’hui désert et en ruines, mais autrefois habité par une quinzaine de familles qui vivaient de pêche et d’élevage. Nous visitons la forteresse juchée sur un nid d’aigle. Nous visitons également les bâtiments militaires allemands abandonnés, datant de la dernière guerre. Certains comportent des dessins nostalgiques de ce qu’aurait pu être la vie des soldats s’il n’y avait pas eu la guerre.

Île 12km2 et la baie d’Alimia 2km (en bas à; droite) avec Cornalin tout seul au mouillage, oui ça existe encore en Europe en 2015! Mais au mois de mai!
Nous y resterons 6 jours, dont 4 de solitude totale pas de Wifi, tel. limité faut monter sur la colline!

Alors on visite:

La forteresse, petite grimpette pour les derniers mètres,
Mais le ptit mousse fera un refus d’obstacle!

Les ruines du village abandonné depuis 50 ans

Les bâtiments d’occupation italienne

Et allemande, où les soldats ont peint des fresques de leurs vie et envies!

Nb. pour une meilleure lisibilité; les images ont été retouchées!

Il va falloir s’arracher à ce petit bijou

 Vendredi 8 mai samedi 9 mai
Nous levons l’ancre à regret pour nous rapprocher de Rhodes où nous avons pu réserver une place dans la marina dimanche soir. Pas de vent, mer lisse. Nous arrivons sur la petite île de SYMI et allons ancrer dans la baie de Panormittis où; se trouve un monastère que nous voulons visiter. Notre arrivée est saluée par une volée de cloches! Nous nous préparons, pomponnons, mettons le moteur au dinghy, alléchés par un bon petit souper au restaurant, et allons à terre. Quelle déception! Le monastère est très beau, mais pas de photos, le restaurant est fermé, et le self service n’offre que des boissons…sans alcool et pas de nourriture!

Le monastère… et la messe du dimanche sur haut-parleur, et ça dure très très longtemps.
Retour à bord.
Symi était autrefois célèbre pour ses éponges .

Dimanche 10 mai
Départ de Panormittis pendant la messe orthodoxe diffusée par hauts- parleurs dans toute la baie.
Arrivés dans la marina de Rhodes, il faut ancrer et s’amarrer au quai. Le problème c’est qu’il y a tellement d’ancres et de bateaux qu’il y a 3 camionnettes sur le quai, avec plongeurs à bord, en attente de démêler les ancres au moment du départ, moyennant finance, of course! Juteux business pour une bande de requins!

Nous partons à l’assaut de la ville de Rhodes inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qu’elle est belle! Avec ses remparts si caractéristiques, l’épaisseur des murailles, ses bâtiments majestueux et ses ruelles pavées de minuscules galets! Nous sommes dans une des villes les plus touristiques de Grèce. Les cars déversent des centaines de touristes chaque jour. Visite du palais des Grands Maîtres de l’ordre de St-Jean, palais qui rappelle un peu le palais des papes à Avignon.

De la pierre et encore des pierres…

Enfin quelque chose pour le capitaine!
Rhodes, 300 jours d’ensoleillement par année… ça fait rêver, non?
Et bien, nous avons dû tomber sur le 361ème jour, car en fin de journée alors que nous buvions tranquillement un ouzo pour nous reposer les gambettes, un orage a éclaté.. On a attendu que ça se calme, sommes retournés au port avec arrêt à la supérette et voilà que l’orage a de nouveau éclaté, avec son et lumière, d’une violence inouïe, et des trombes d’eau se sont déversées du ciel. Au bout d’une demi-heure, Dominique n’y tenant plus a voulu regagner le bateau pour le surveiller. Il est parti sous les éclairs et une pluie battante. Je suis restée prisonnière de la supérette encore une heure avant que Dominique vienne me chercher avec un imper. On a dû mettre le chauffage pour sécher les vêtements et avaler une soupe pour nous réchauffer. La pluie a duré jusqu’au lendemain midi! Et Dominique enfilera veste et pantalon de quart pour aller acheter le pain le lendemain matin!
Visite de la petite ville de Lindos célèbre pour son acropole sur un éperon rocheux. Des ânes transportent les touristes qui le désirent jusqu’au sommet. Il y a beaucoup, beaucoup de monde et on ne s’attarde pas. On va se baigner un peu plus loin en solitaire. Au retour, à un feu rouge, un motocycliste distrait par les nombreux sacs à provision accrochés à son guidon, derrière lui, entre les jambes, nous heurte l’arrière de la petite Suzuki que nous avons louée…!

Jeudi 14 mai
Visite du musée archéologique de Rhodes. Superbe! Outre les nombreux objets exposés c’est l’architecture du bâtiment qui nous a beaucoup plu. En fait c’est l’ancien hôpital des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui avait fait vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, (ainsi que d’assistance hospitalière, défense de l’église et lutte contre l’infidèle) et avaient fait de Rhodes une véritable forteresse militaire.
Et  bricolage oblige shopping chez le radio du coin!

Enfin quelqu’un avec qui causer bricolage….

Vendredi 15 mai
En route pour Symi et arrêt dans la petite baie de Pethie, petit lagon aux eaux turquoises.

Magnifique! Une amarre à terre et 2 ancres pour la nuit
A 3 heures du matin, la houle nous réveille…

Samedi 16 mai
On navigue toute la journée, 2h1/2 de voiles quand même! Enfin un vent établi qui daigne se lever vers 14h. et juste ce qu’il faut pour madame, 10-15 Kts. Pas de rafale, pour arriver à COS qui a une marina superbe;
Il y a eu des changements depuis notre dernière visite (en 2006): la circulation est distribuée sur 2 axes parallèles, pistes cyclables et la ville est bien entretenue.

Sugar baby love….

Kos
Nous restons 5 jours à Kos entre baignades et travaux sur le bateau. Dominique veut améliorer la réception VHF sur le mât (ce qui nécessite quelques stations en haut du mât…).Nous louons une voiture, mais le cap. est un peu saturé de vieilles pierres et le souvenir de l”Asklépieion et ses 4 terrasses pour accéder au temple d’Esculape est encore assez vivant pour ne pas y retourner une 2ème fois.

Jolie petite plage à l’ouest de Kos.

Vendredi 22 mai
Nous partons pour l’île de Kalimnos, la baie d’Akti. Il y a une jolie plage, une taverne que l’on devine sous la frondaison des arbres, c’est bucolique et presque désert! On ancre, Dominique vérifie la tenue de l’ancre: un cas d’école, dit-il, parfait! Si on allait boire un ouzo à la taverne? Aussitôt dit, aussitôt fait! Sous la tonnelle au feuillage très fourni, on est bien, on se sent en vacances…. On nous propose des souvlakis, pourquoi pas…
Repus, on retourne au bateau avec la perspective d’une bonne nuit.

La petite taverne au fond de la baie, le rêve qui cache son jeu!

Joli, mais trompeur….

A minuit, le vent ayant tourné, il a fallu remonter l’ancre pour la redescendre et vérifier toutes les heures qu’on ne dérivait plus! (Les exercices de nuit…quand on n’y voit que dalle… c’est pas mon fort!)
Nuit sans lune, c’est au radar que la manœuvre s’effectuera, et pour compliquer un chalutier sans feux
est venu jeter son ancre à proximité.

Le lendemain nous retournons à la taverne où la patronne tient dans ses bras un cabri âgé de 6 jours et qu’elle nourrit au biberon.

Hooo qu’il est mignon, et que je te caresse par ici et que je te biberonne par là…


Qui c’est qui va finir à la casserole? Un ptit ragoût pour le capitaine…

De retour au bateau, après quelques baignades, le vent forcit et l’on se rend compte que l’on ne peut pas rester la nuit. Vers 16 heures on lève l’ancre et allons dans les calanques de Vathi à un ou deux milles de là. C’est magnifique! Nous y restons deux nuits, le temps de visiter le village, la petite chapelle. Le dimanche, des caïques déversent des flots de touristes et repartent une heure plus tard.

Petit port niché dans les montagnes!

Lundi 25 mai
Réveillés par le chant du coq et les clochettes des chèvres vagabondes, nous naviguons toutes voiles dehors en direction de LEROS. Un passage délicat entre deux îles nous oblige à remettre le moteur sur une mer moutonneuse.

Arrivés à Leros, au port de Läkki, nous sortons et gonflons nos vélos pour aller au village. La petite ville conserve encore des bâtiments art déco de la période mussolinienne, en rénovation.

En raison d’une météo pas très sympa (pluie, vent, orage), nous décidons de rester quelques jours à Leros. Nous y restons une semaine. Leros, c’est l’île où l’on envoyait les malades mentaux et où l’on concentrait les dissidents au régime des Colonels. Mais avant elle fut occupée par les Italiens en 1912.

Mussolini en fit sa base navale pendant la 2ème guerre mondiale.

Bâtiments de la base navale de Mussolini, actuellement occupée par les Grecs.
La ville de Läkki fut bombardée pendant un mois. Il y a donc un musée de la guerre. Nous visitons l’île à scooter.
Visitons la forteresse de Platanos, les 6 jolis moulins qui trônent sur la colline.

Mardi 2 juin
Ancrons dans une jolie baie de l’île Arkhangelos. Un  bel orage nous fera passer une mauvaise nuit.

Mercredi 3 juin 4 juin
Arrivons sur l’île de Patmos où nous sommes à la bouée dans la baie de Grikou. L’île est dominée par le monastère de St Jean l’évangéliste, auteur de l’Apocalypse, dernier chapitre du Nouveau Testament qu’il a dicté à ses apôtres dans la grotte de l’Apocalypse que nous avons également visitée. Patmos est le plus grand centre spirituel de Grèce après le Mont Athos. Le monastère est superbe et contient la plus grande bibliothèque de Grèce.

Pas mal l’architecture!

Devinez ce que nous avons trouvé sur cette île!
Une mini fromagerie tenue par.. UN SUISSE!!! Aristides le Vaudois (42 ans en Suisse) est revenu au pays pour passer sa retraite.
Evidemment dégustation à la clef, mais un peu tôt pour l’apéro pour nous!
Gentil comme tout l’Aristide!

Nous avons aussi visité le domaine viticole de PATOÏNOS géré par la fille et le beau-fils de Joseph ZISIADIS!!!
www.patoinos.ch
Les vignes à “Joseph” Nous voilà propriétaires d’un cep pour 10 ans!
C’est grâce à un groupe de vignerons vaudois que la culture de la vigne a été relancée sur cette île au moyen d’une souscription voir le site “wemakeit”
wemakeit.com
Ils ont aussi replanté une centaine d’oliviers, et mis en service un pressoir pour l’huile et les habitants de l’île y viennent presser leurs olives!

Cornalin à l’ancre pas loin des vignes à Joseph Zisiadis

Des ruches ont aussi été installées et elles se développent à grande vitesse!
Les Grecs ont un peu oublié la terre au profit du tourisme, hélas!

Vendredi 5 juin
Longue navigation (7h) contre le vent, une partie à la voile au “près”, mais après une heure de “près” il a fallu se rendre à l’évidence et faire route au moteur vent debout, sinon on y serait encore, pour arriver à SAMOS, au port de Pythagore. A l’ancre.

Samedi 6 juin
Dominique met le robinet “eau de mer” en service:  plus besoin d’aller faire le prélavage de la vaisselle sur le pont arrière!

Dimanche 7 juin
Avons assisté au débarquement de plusieurs centaines d’immigrés  encadrés par les coast guards…. On se trouve confrontés à une cruelle réalité…

C’est par dizaines que les coast gards les ramènent au port les jours de beau temps!
Ce jour-là nous en verrons peut-être 200-300
Nous déplaçons le bateau au port de Samos et allons accueillir à l’aéroport nos amis Anne et Marco. Nous fêtons leur arrivée par un apéro sur le bateau, puis par un petit restau un peu en retrait du port.

Sytème “D” comment battre des poulpes sans se fatiguer?

Avec une machine à laver recyclée et un vieux plat en plastique comme porte!

Lundi 8 juin
En route pour Arki, une petite île à l’Ouest de Patmos. Jolie baie, mais nous ne resterons pas longtemps seuls. C’est là que deux d’entre nous décident de “se faire la boule à zéro”!

La solidarité du capitaine est sans limite avec son équipage!

Mardi 9 juin  mercredi 10 juin, jeudi 11 juin
A la bouée sur l’île de Levithia, ancre sur l’île d’Amorgos (baie de Kalotiri)
Nuit pas très clémente pour le capitaine, qui doit constamment vérifier au GPS si l’ancre chasse!

Vendredi 12 juin
Toujours sur l’île d’Amorgos, nous allons ancrer dans la baie de Kalotaritissa
et nous passons devant l’épave de l’Olympia qui figure dans le film “Le Grand Bleu”
Curieux de revoir le film du Grand Bleu!

Et ce jour-là nous buvons notre ouzo allongé avec l’eau du DESSALINISATEUR!
Le grand bleu !! pour de vrai!

Cette inauguration nous vaudra des pâtes “maison” faites par Marco agrémentées d’une sauce aux truffes!
Merci Jacqueline, Yes!

Samedi 13 juin dimanche 14 juin, au lundi 15 juin
3 nuits sur l’île de Skhinousa

Mardi 16 juin
Nous abordons l’île de Naxos. Une première  nuit dans la baie de Kalando qui comporte un mini port. Le dinghy nous emmène faire des baignades dans des plages de rêve. Le soir nous allons déguster l’excellente cuisine de Anna, la sympathique et chaleureuse tenancière de la taverne au-dessus du port. Elle nous chouchoute. Nous repartons avec kg 2,800 de fromage de chèvre frais qu’un des ouvriers  (qui repeignait le restaurant) nous offre!!!
Les tournées de vin blanc se suivent…
Joyeuses et jolies les filles avant le repas… mais encore BEAUCOUP plus au retour!

Mercredi 17 juin
Nous atteignons le port de NAXOS.

Jeudi 18 juin
Nous louons une voiture et partons à la découverte de l’île de Demeter et Dyonisos.
Tu me montres…. c’est de l’émail…. cuit au four….. ça irait avec mon fond de teint…

etc….etc…. pendant ce temps les mecs picolent et on se demande pourquoi!

Le soir, petit tour en ville et dernier restaurant avec Anne et Marco.
Soirée d’adieux grandioses, grâce à Marco et Anne, Marco expert en poisson a fait souffrir le serveur qui s’est fait remballer avec ses “sars, et dorades d’élevage”

Vendredi 19 juin
On accompagne nos amis au débarcadère du “Blue Star” qui les emmènera à Santorin, avant de passer quelques jours en Crète.

Les copines avant séparation
Le bateau qui nous prive de nos amis.

 

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut